Vivre au paradis

septembre 7, 2016 Normand Pion No comments exist

Texte de Normand

Normand s'est inspiré de ce film pour pondre le texte

Oregon USA 3000e km 5 sept 2016

 

Vivre au paradis

 

Le matin du 5 septembre, nous en étions à notre 7e jour à vélo consécutif et à notre 42e depuis le 12 juillet. Nous étions un peu fatigués des kilomètres de la veille, et, faut-il l'avouer, de la bière artisanale et de la bouteille de Riesling que nous nous étions offertes hier soir après notre journée de vélo. Donc ce matin, nous avons trainé la patte pour défaire la tente, puis nous avons trainé la patte au village de Bandon, et surtout au petit café, à cause de son signal wifi solide. Nous y avons tellement trainé, que Benoit et Tess, le couple Suisse tandémiste avec qui nous avons roulé depuis notre entrée aux USA, a fini par nous rejoindre, eux qui avait une pleine journée de décalage sur nous!

 

img_1622
À certains campings Hiker-Biker, on met à disposition des cages pour protéger notre nourriture des ratons et "p'tits suisses". Celui-ci nous fournit également du "jus" pour recharger nos indispensables gadgets électroniques

 

img_1626

Nous nous retrouvons finalement tous les 4 au même café, eux venant de terminer leur journée, et nous ne l'ayant pas encore commencé.

 

Nous avons tout juste 70 km à parcourir pour nous rendre à Port Orford et au Humbug Mountain State Park où nous voulons camper ce soir. Nous avons un bon vent du nord-ouest, les dénivelés sont prévus raisonnables, il fait beau, la vie est belle. Nous nous égarons dès la sortie du village, pour aboutir au port abrité où les pêcheurs du coin amarrent leur bateau au retour du travail. Voulant ensuite prendre un raccourci, nous montons dans un chemin d'évacuation aux tsunamis, avec une pente qui frôle le 25% sur une cinquantaine de mètres. Trop étroit pour zizaguer, nous parvenons néanmoins à passer sans déclipper, faut croire que l'accumulation des km nous a rendus plus forts.

 

img_1636

 

img_1641  

 

img_1632

 

img_1627

 

img_1633

De retour sur Beach Loop Rd, les escarpements, les promontoires, et la mer ensoleillée se succèdent à tous les 300 mètres, nous obligeant des pauses-photos à répétition! il fera peut-être nuit à l'arrivée, mais nous aurons la tête et les yeux gavés de paysages incomparables et de souvenirs inoubliables!

 

Nous finissons par revenir sur la 101 après une vingtaine de km, il s'agit maintenant d'ouvrir la machine! Ça roule d'aplomb, le vent nous aide, nous montons plusieurs bonnes côtes sur l'erre d'aller de la descente précédente. Nous traversons les villages de FourmileLanglois et Denmark  le temps de le dire, ces bleds perdus existent à peine au milieu de nulle part. Langlois était un pionnier d'origine québécoise, venu s'installer ici vers 1880.

Il est à peine 17H quand nous entrons à Port Orford. Nous faisons le tour du village espérant trouver un motel cheap et raccourcir les 10 km qui restent pour le camping. Nous aboutissons plutôt au fond de la baie parmi les quais, où se trouve le plus charmant restaurant de poissons qui soit! J'adore le poisson, l'endroit est typique et charmant, quelques tables seulement mais la fraîcheur des poissons y est plus que garantie! Demain c'est ma fête, on trouvera bien un motel en sortant de table, allez Ma Blonde, laisse-toi convaincre!

 

img_1648
Je commande des huitres en cocktail, puis la grosse assiette du Pêcheur, Hélène a choisi un plat de saumon frais du jour; Dans ces circonstances une autre bouteille de Riesling devient à toute fin pratique incontournable , bref nous avons passé ici un très excellent délicieux moment!  

img_1651

 

img_1650
Il est 19H15 quand finalement nous sortons de table. Le soleil brille de milles feux au dessus de l'océan, et nous avons tout juste 45 minutes de crépuscule avant qu'il fasse vraiment nuit. Le motel a pris le bord, nous trippons ben raide à l'idée de rouler sur les caps au coucher de soleil. Hélène repère quantité de baleines entre les rochers au pied de la falaise où nous roulons, elle veut des photos! Puis les montées et les descentes se succèdent à vive allure, le pavage est parfait, nous sommes presque seuls sur la route, sauf peut-être d'autres égarés en quête de lumière de fin journée et du soleil enluminant la mer à nos pieds.  

img_1659

C'est la plus belle journée de notre voyage? Hélène me redit en riant que c'est ce que je répète tous les jours depuis l2 juillet! J'adore rouler à vélo, j'adore rouler sur les caps au coucher de soleil, j'adore la Côte du Pacifique, j'adore l'Oregon, le paradis des cyclistes!

La 101 bifurque finalement vers l'intérieur pour contourner une montagne abrupte qui plonge à pic dans la mer, et deux km plus loin nous entrons au camping, nous venions juste d'allumer la lumière avant! Les sites hike & bike débordaient hier soir avec une vingtaine de cyclistes qui s'y étaient installés, mais ce soir nous avons l'embarras du choix , il n'y a personne! Pour $10 USD, nous avons une douche chaude à volonté, un site de toute beauté, loin en retrait des gros winnibagos, un robinet d'eau à proximité. Ranger la bouffe à l'abri des ours et des ratons-laveurs est ici plus compliqué car il n'y a pas de cages de sécurité comme ailleurs en Oregon; Passer notre corde et sa poulie au dessus d'une branche solide et assez haute fut plutôt compliqué car il faisait maintenant nuit noire.  

 

img_1665

Social

Laisser un commentaire