Mécanique au paradis

24 juillet 2016 – texte de Hélène

Mécanique au paradis

 

Nous voilà à Jasper.  Après Lac Louise, nous avons parcouru 233km vers le nord dans un paysage splendide, entourés des montagnes Rocheuses sur l'autoroute des glaciers. Elle tient ce nom à la centaine de Glaciers qui jalonnent le parcours.   

 
 
 IMG_0433
 
 
Un parcours sans approvisionnement entre Lac Louise et Jasper.  Nous avons donc fait des achats  en prévision des trois jours requis pour parcourir le trajet.  En route, nous sommes époustouflés par la beauté des paysages qui se succèdentet varient considérablement à chaque tournant.  
 
 

Côté animal, nous avons croisé un ours noir qui grignotait les petites baies rouges d'un buisson, une chèvre de montagne qui, ton sur ton se confondait avec le décor, et quelques femelles "bighorn" (moutons de montagnes) et leurs petits, qui broutaient la gravelle au bord du chemin. À notre arrivée au camping de Jasper, nous avons été reçus par un impressionnant comité d'accueil: un troupeau de quelques dizaines de wapitis broutaient gentiment autour de notre site de campement. 

IMG_0573 
 IMG_0571
 
 
Nous sommes impressionnés par la pureté de la nature dans ce parc. Rien ne vient corrompre l'esthétique naturel du lieu, si ce n'est notre propre présence à nous, humains qui déambulons avec des objectifs de caméra plus ou moins frénétiques.  Contrairement à la majorité des bords de route, aucun déchet ne jonche le sol.  La forêt est verte, touffue et respire la santé.  Pas de coupe à blanc, pas de ravage d'insectes ou de maladie, pas de destruction par feu de forêt.  
 
 
 Lac Louise
 
IMG_3539 (1)
 
 IMG_0556 (1)
IMG_0475
 
 
Nous avons eu vent d'une histoire qui s'est produite la semaine dernière en ces lieux.  Un ours grizzli s'étant senti menacé par un cycliste de passage, lui a fait une chasse et lui a sauté au dos, mordant le sac qu'il portait. Le cycliste insouciant avait mis son poivre de Cayenne (anti-ours) dans le-dit sac.  L'ours, y mordant à pleine dent en a pris pour son rhume! 
 
De nombreux pépins mécaniques ont ralenti notre course.  D'abord, après avoir gonflé les pneus, nous percevions une bosse à chaque tour de roue.   Après avoir roulé quelques minutes, nous avons décidé d'inspecter le tout et avons constaté une faiblesse sur le côté du pneu.  Il fallait le remplacer et Normand avait prévu le coup, avec ses 3 pneus de rechange, ses dix tubes et de multiples rubans de jantes anti-crevaison pour éviter que des scénarios de multi-crevaisons, semblables à notre voyage de 2014 ne se reproduisent voir ce lien pour plus de détails: 
 
IMG_3578 
Nous avons donc entrepris d'installer le nouveau pneu avec à son bord, un fond de jante anti-flat, un ruban de jante ultra-résistant et un nouveau tube plein de "slime" vert anti-perforation.  Un imprévu de taille: le pneu neuf est serré, très serré.  Nous travaillons très fort à étirer le pneu pour qu'il entre à sa place sur la jante. Tellement que nous cassons nos outils l'un après l'autre, si bien que nous utilisons maintenant des pièces de métal pour arriver sans succès à nos fins.  Au final, c'est un voyageur en maison motorisée qui, affublé de son club de VR au grand complet, sort de son coffre à outils, un tournevis bien fort et bien affûté.  Il nous a fallu deux heures, gros soleil tapant, beaucoup de soins et de doigté, pour parvenir,  en groupe, non sans appréhensions, à insérer le pneu dans sa jante.  
 
Remontés en selle, deux-trois tours de roues plus tard, on fort "pshouuuuu" sonore et nous redescendons de notre nuage de bonheur qui fût somme toute, bien éphémère.  
 
Les yeux piqués par la rage de devoir tout recommencer, nous abdiquons et nous résignons à la tâche, cette fois-ci, entourés d'un nouveau groupe de meneuses de claques, les "Sheepleaders" le petit groupe de moutonnes-de-montagnes/gravelle-broutantes et leur présence tranquille nous aide à traverser ces moments difficiles.
IMG_0465
 
 Nous avons conscience que si le pneu était aussi tendu lors de la pose, il le sera tout autant maintenant et après de brèves mais acharnées tentatives, nous décidons que la meilleure solution est de scier le nouveau pneu, perforé par le côté (probablement par le pointu tournevis du gentil monsieur VR- sans rancune!).  Ensuite, ne nous reste qu'à couper les 8 fils d'acier qui composent le pneu (ce sont eux qui sont si tendus).  Nous aurions besoin d'un (cutter) et en avons un qui se situe tout au fond d'une pince (inutile dans ce cas-ci).  Normand tente le tout pour le tout de ses crocs acérés (c'est une blague!!!).  Il réussi de peine et de misère à couper le tout en "zigonnant" à qui mieux mieux.
 
 
IMG_3602
 
 
IMG_3607 
 
 
Deux autres heures et l'usage de tous nos méninges plus tard, nous réussissons à repartir sur un tout nouveau pe-neu.  Les doigts croisés, les fesses serrées, nous reprenons la route et parcourons les quelques derniers kilomètres qui nous séparent du camping voisin.  Toute petite journée de vélo mais oh! Combien éprouvante!  Au terrains de camping, une gentille campeuse australienne, curieuse de notre chargement et de notre épopée nous remet ses outils-métalliques-répare-crevaison, comme si cette journée avait été un étape initiatique et qu'on nous remettait nos lauriers. 
 
 
IMG_0488 (1) 
 
Le lendemain  matin, nous sommes de nouveau alertés par une sensation de mouvement latéral à chaque cahot.  On a beau vérifier, tout semble aller.  Nous sommes bien vigilants, bien prudents.  
 
Puis PAF!   Les bagages arrières par terre!  Cette fois-ci, c'est la vis qui lie le porte-bagage au vélo qui vient de lâcher!  Dans ce paradis perdu, nous prenons le temps de bien faire les choses et appliquons les mesures nécessaire pour que tout le tralala ne se reproduise pas.  Deux heures plus tard, nous filons le parfait bonheur, à la recherche baies ou de bêtes sauvages à photographier ou à manger, dans l'ordre ou dans le désordre. 
 
Avec tout ce temps perdu, notre séjour en montagne est prolongé.  Nos vivres sont limitées et nous comptons chaque bouchée.  Ça doit commencer à paraître car les gens que nos rencontrerons aux haltes ou au camping nous donnent de la bouffe.  
 
 IMG_0425
 
Chemin faisant, nous avons fait de multiples rencontres de cyclistes que nous avons croisés ou avec qui nous avons échangé quelques coups de pédale. 
 
IMG_2104
Les Espagnols: Alicia, Alvaro et leur enfant (3ans) Lucas.  En cavale depuis plusieurs mois, si ce n'est depuis quelques années

 

 
 
 
IMG_0541
Les Anglais Rob et Ness après une année à rouler leur boule sur les routes du monde.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
P.S.  Petit aparté, concernant l'attaque du grizzly envers le cycliste.  Dean qui nous a accueilli à Jasper a fait quelques corrections concernant l'histoire en question.  
  • Ça s'est produit il y a un an, et non pas une semaine
  • Le cycliste était en foret, et enfourchait un vélo de montagne
  • Il est passé entre une mère et son bébé
  • Il s'agissait d'une ourse noire et non d'un grizzly 
Parfois les rumeurs courent de façon chaotique.  Si ça peut en rassurer certains...
 

Laisser un commentaire