Catégorie : Nouvelles fraiches

février 5, 2018 hgiguere 4 comments

Texte de Hélène

Bienvenus en Argentine!

Nous avons quitté les hauts plateaux boliviens et en quelques coups de pédale, dévallant une pente de 3000m et nous voilà au pays du bon vin, du maté et des frais bancaires copieux!

Le maté, c'est cette boisson chaude qui fait objet d'un rituel digne des salons de thé anglais.  En effet, le maté se boit en fin d'après-midi.  On reconnait le buveur de maté par son thermos sous le bras et par la tasse munie d'une paille de métal (bombilla) qu'il a constamment en bouche.  Il s'agit d'une infusion qui goûte très amer qui a des propriétés stimulantes et la tradition a été transmise par les cultures indigènes.  Un temps d'adaptation est généralement nécessaire à l'appréciation du breuvage (traduction, c'est imbuvable!)  

En traversant la frontière, nous avons dû ajuster nos montres à l'heure d'été, ce qui veut dire que le soleil se couchera plus tard, comme durant nos étés.  Contrairement aux pays visités depuis le Mexique qui, malgré la température estivale,  nous n'avions pas une impression d'être en été puisque le soleil disparaissait vers 18:00, ici, ça ressemble à chez nous.

Devant son excellente pièce de viande cuite sur fameux BBQ argentin (l'asado ou parilla), Normand se prépare à se régaler.  Ici, les restaurants sont ouverts pour le diner, ferment vers 15h et n'ouvrent que vers 20:30, pour l'heure du souper.  Pas très pratique pour des cyclistes affamés en fin d'après midi, qui veulent se coucher tôt et qui préfèrent rouler à l'aube pour éviter les grosses chaleurs et le vent qui croît en vigueur durant la journée. Inutile de mentionner qu'ici, nous avons beaucoup cuisiné nos propres repas.

Le petit-déjeuner est presque toujours inclus dans le prix des chambres.  De style européen, il est constitué de pain et confiture avec café.  Un régime un peu maigre pour les vies actives que nous menons.  Nous complétons donc souvent avec des apports d'oeufs, beurre d'arachides, fruits, gruau, noix.

Église de Salta

Ici, les enfants semblent heureux d'aller à l'école... ou d'en sortir!

Avant Cafayate, la route est à couper le souffle

_____________________

Vignobles autour de Cafayate

L'Argentine est réputée pour la qualité de ses vins rouges de caractère (Cabernet Sauvignon et Malpec) et Normand ne manque pas une occasion de s'en ouvrir une bouteille, même s'il sait que alcool et récupération sportive ne sont pas les meilleurs alliés.  Du côté de Cafayate, le Torrontes, un vin blanc presque liquoreux, comme le Sauterne, y est cultivé avec beaucoup de succes.

_____________________________________________________

 

La chaleur

De Salta à Mendoza, en passant par La Rioja, nous avons traversé une zone désertique caractérisée par la chaleur accablante, le vent gorgé de poussière qui souffle de plus en plus fort au fil de la journée et la végétation épineuse, de petite taille et aux petites feuilles, ce qui nous procurait un ombre rare et de mauvaise qualité.  À de maintes reprises, nous avons dû écourter nos journées, nous allonger pour diminuer la surchauffe ou faire appel à un camion climatisé, alors que l'inconfort avait atteint sont apothéose. 

Poudrerie qui me rappelle mon pays, brin de nostalgie...

Même tôt en journée la chaleur est insupportable

Malgré les murs protecteurs de cette maison abandonnée, le vent est si fort que la toile de la tente est déchirée par sa force.

______________________________

Ici, la végétation se défend contre on ne sait trop quoi...   (peut-êre les Normand de ce monde), mais avec beaucoup de vigueur!  Les animaux sont plutôt rares...

 Même les petites fleurs jaunes sont redoutables pour mes orteils.

_________________________________

Le col de la "valle de la Luna"

Un site de rêve pour passer la nuit

Un guanaco!!!

_____________________________________________________

 

 

La difunta Correa

Nous croisons souvent ce type de mausolée, appelée "Difunta Correa" ou défunte Correa issue d'une légende locale, cette femme est traitée comme une sainte.  L'histoire veut que Deolinda Correa ait traversé la zone arride où nous sommes, à la recherche de son mari, avec dans les bras, son bébé qu'elle nourrissait.  Après une très longue marche, exténuée et assoiffée, elle s'est allongée, son enfant sur son sein.  Elle fût découverte par un berger, morte, avec son enfant, sauvé par la tétée!  Depuis ce temps, les gens érigent de petites maisonnettes avec la photo d'une femme et son bébé, allongés.

Des gens qui l'ont prié ont vu leurs voeux excaucés.  On apporte de l'eau en ces lieux  afin d'apaiser la soif de la difunta Correa.  Cyclistes s'abstenir!!  Même si la tentation est parfois grande!  Cette eau n'est pas pour nous!

Notre ami cycliste Charles qui nous précède, nous a dit qu'il avait osé boire un carton de vin laissé à la difunta Correa et qu'il avait apprécié cette petite douceur de fin de journée, considérant la trouvaille comme le miracle du jour

________________________________________________

________________________________________________

 

 

Il y a de ces journée!

Deux pneus qui explosent le même jour.  Le nouveau tube est défectueux.  Le nouveau pneu est trop gros et les crampons frottent sur le cadre du vélo.  Nous nous attelons à enlever les "pitons" un à un.  Normand qui perd ses lunettes lors d'une pause.

Quelques pepins mécaniques ont éprouvé notre patience et testé notre solidarité.  Nous nous félicitons de la force de notre équipe face à l'adversité.  Nous savons également que la chance a tourné (elle finit toujours par le faire) quand un bon samaritain s'arrête en bordure de route pour remettre à Normand... ses lunettes!!!

La descente qui suit les problèmes mécaniques est très jolie, tout en luxuriance.

Un camping de rêve en bordure de cette rivière nous fait oublier les aléas de cette dure journée.

Et le lendemain matin, Normand est fidèle au poste pour me préparer un bon café

_________________

L'entretien de notre monture fait partie intégrante de notre vie de nomade.  Cette fois-ci, j'ai un peu surestimé la propreté de ma guenille pour de débarbouiller...

Normand refuse systématiquement de revenir sur ses pas.  Il préfère se fier à nos outils de navigation parfois bien créatifs qui nous font emprunter des chemins barrés par des clôtures.  Ça fait des photos intéressantes et des choses à raconter.  Que d'aventures, mon chéri!

______________________________________________

 

 

Noël

Nous avons beau être loin de toute la folie des fêtes de Noël, nous avions envie de sortir du désert   où nous étions et nous offrir un peu de douceur pour cette occasion.  Nous avions contacté une famille Argentine du réseau warm showers qui avait accepté de nous héberger.  Au fur et à mesure que nous avancions, nous prenions du retard à cause des pepins de santé et de la chaleur accablante qui nous obligeait à racourcir les journées.  Nous avons malheureusement manqué la fête où nous étions attendus le 24 décembre mais nous sommes tout de même rendus à un endroit confortable et étions en excellent compagnie (un couple de voyageurs français) dans la ville de San Juan.  Ce ne fût que partie remise avec nos hôtes Alejandro et Marisol qui nous ont accueilli deux jours plus tard.  Nous nous sommes rattrapés avec un mémorable risotto, bien entendu!

______________________________________________________

Pour le jour de l'an, c'est chez Sandro et Valéria que nous avons passé le réveillon, en compagnie de leur fille et de Solène, jeune cyclo-touriste française qui fait le trajet contraire au nôtre.  Valeria qui parle un excellent français fût pour nous, une mine de renseignements sur sa région

Valeria, Sandro et Tandem.  Tout naturellement!

Ce petit coin de pays, trajet qui nous évite un coin de l'autoroute 40 assez ennuyant, nous a été proposé par Valeria.  Rivière et canyon, c'était magnifique!

Contrairement aux autres pays d'Amérique latine que nous avons visités, le camping et les activités de plein air sont très pratiqués par les locaux.  Chaque village a son terrain de camping municipal. Pour un meilleur repos, nous évitons d'y aller les soirs de fin de semaine car ils peuvent être particulièrement bruyant à des heures tardives, étant donné le mode de vie nocturne argentin.  Nos endroits favoris pour dormir demeurent cependant ces petites trouvailles de fin de journée où, loin de la civilisation, notre repos est à son meilleur, loin des chiens aux abois, des coqs matinaux, des chats qui aiguisent leurs griffes ou font leur territoire sur la tente, des fêtards, des bruits de la circulation, des punaises de lit (qui nous ont jusqu'ici épargné!),...  Oui, nous sommes devenus un peu plus sauvages et préférons la grande nature qui nous assure ici un repos parfait.   

_______________________________

Nous croyions le geste illégal, alors nous n'osions pas le faire devant la police.  Jusqu'au jour où des amis cyclistes argentins nous ont invité à le faire.  Alléluïa!!  Ça nous a évité des heures de mauvaise route par une chaleur intenable.  Bon, un peu de vigilence aurait été de mise puisque la position de Tandem lors de ce transport a eu pour effet de sectionner les deux cables de vitesses,  ce qui m'a fait approfondir mes connaissances de mécanique-vélo.

_____________________________

Nos nouveaux amis Raul et Emily avec qui nous avons passé la soirée et la nuit.  À notre grand plaisir, nous les retrouverons plus loin...

Araucaria araucana, ce conifère est endemique des Andes et peut vivre jusqu'à 2000 ans.  Il est spectaculaire par sa forme et celle de ses fruits.

Un petit détour suggéré par nos prédecesseurs Charles et Denise qui nous ont chaudement recommandé ce petit bijou de route que nous avons beaucoup aimé!

En Argentine, on fait comme les argentins.  Une sieste!  Ici, les commerces sont fermés de 13h à 17h, mais Normand me réveille toujours après mes premières 15 minutes de repos!

Sur ce type de chemin, Normand et moi sommes constamment à la recherche de l'étroit sillon qui nous fera rouler avec plus de confort et de securité.  L'équilibre est précaire à basse vitesse, surtout quant le sol est mou, instable ou cabossé.  Tandem zig-zague donc constamment entre la droite et la gauche, entre la planche à laver à la recherche de la planche à repasser, entre les gros cailloux et le sable qui nous fait caler jusqu'à la jante.  Ça donne à notre équipée une allure un peu brouillon,  un peu imprévisible qui, ma foi, ne nous déplait pas, puisque les véhicules ralentissent en nous voyant.  

Un autre de ces sites de camping magique qui nous confirme que nous sommes au bon endroit et au bon moment.  

À l'approche de la région des lacs, la vie devient plus douce.  Les infrastructures routières sont de meilleure qualité pour accueillir les touristes qui transitent ici en grand nombre.  Bienvenus donc au pays des montagnes vertes, des cours d'eau de glacier aux teintes de turquoise, où l'air est pur et frais (finis poussière et chaleur) et les prix sont à couper le souffle!

Dans cette région, nous croisons nombre de cyclistes, souvent des Argentins qui font une boucle d'une courte durée.  Ils semblent si pressés qu'ils ne se donnent même pas la peine de nous saluer.  D'ailleurs, c'est ainsi que nous reconnaissons les cycliste de long cours.  S'ils ont envie de jaser, c'est que la présence de leurs pairs leur a manqué.

Ici, nous sommens en compagnie de James, cyclotoursite australien, Raul et Emily, retrouvés en fin d'après-midi par hasard à ce camping, de Sara et Casper, couple allemand que nous avons rencontré peu avant et avec qui nous avons terminé notre parcours.

Emily est novice en voyage à vélo et son vélo était plutôt mal en point.  Quelques coups de tourne-vis et elle a enfin des freins (!!!)  

L'idée étant d'améliorer son confort afin qu'elle ait envie de poursuivre.

Plus vraiment besoin de filtrer l'eau de glacier de ces petits ruisseaux clairs et frais.

Le bord des routes prend souvent des allures de plate-bandes ou de jardin botanique naturel.  Que de beauté!!

À Villa la Agostura, touristique et dispendieuse, nous avons eu droit à un traitement royal, grâce à un contact qu'avait Emily.  Une maison entière juste pour nous pour deux belles journées!  Merci à Mercedes pour cette généreuse hospitalité!


 En route vers le Chili et sa légendaire Carretera Austral qui promet de bien belles découvertes

EnregistrerEnregistrer

Enregistrer

er

Enregistrer

Enregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer